OrientationUniversités

Handicap : tout pour favoriser l'accès aux études

En quinze ans, le nombre d’étudiants handicapés a plus que doublé. Universités et écoles multiplient les initiatives...

Handicap : tout pour favoriser l'accès aux études - handicap, formation handicapés, etudiant handicapés, etudes, speh

Sur le plan national, le nombre d’étudiants handicapés est passé de 5200 en 1998 à 13400 en 2012. (Picture-Factory - Fotolia.)

Consultez aussi :

Maxime Lecœur, 21 ans, a toujours rêvé de travailler dans l’industrie pétrolière. « Pour les voyages et l’exotisme, explique-t-il. La découverte de nouveaux gisements me paraît un challenge excitant. »
Dans cette optique, il a choisi de suivre, après le bac, une formation de technicien supérieur en géologie à l’Institut polytechnique LaSalle Beauvais (Oise). Le parcours est presque banal, mais Maxime est porteur d’un handicap moteur et se déplace en fauteuil.

Si les salles de cours de l’école sont accessibles, les travaux sur le terrain, parfois accidenté, ne le sont pas. Heureusement, un accord de partenariat avec Total a permis à son établissement de mettre en place des aménagements afin que l’étudiant réalise les sorties et voyages d’études avec ses camarades. Le groupe pétrolier a aussi accueilli Maxime en stage. Cet exemple illustre les efforts faits par les établissements d’enseignement supérieur et appuyés par les entreprises pour aider les jeunes en situation de handicap à suivre une formation et à préparer leur insertion.

Dans les universités, les écoles d’ingénieurs ou de commerce, on observe partout une même dynamique handi-accueillante et les initiatives fourmillent. A Toulouse-III, l’engagement de grands groupes comme Airbus, Capgemini, IBM, Safran et Thalès permet de financer l’interprétation en langue des signes française (LSF) de 50% des cours des étudiants malentendants. A l'Essec, grande école de management, les élèves handicapés peuvent bénéficier de bourses accordées par des entreprises — Natixis, la Banque postale ou encore Orange — soit pour assumer tout ou partie des frais de scolarité, soit pour couvrir le surcoût lié au handicap (matériel, logiciels spécifiques, transport adapté, etc.).

La mobilisation des différents acteurs a eu pour effet de faire progresser depuis une dizaine d’années le nombre d’étudiants handicapés. « Quand je suis arrivée à l'université Toulouse-III en 2001, on recensait 41 étudiants handicapés, rapporte Laurence Cadieux, médecin à la tête de la mission handicap de l’université. Aujourd’hui, ils sont 435. »

Des bourses et financements venus de grands groupes


Sur le plan national, l’effectif d’étudiants handicapés est passé de 5200 en 1998 à 13400 en 2012, soit moins de 0,6% de l’ensemble des étudiants inscrits dans le supérieur en France. L’approche strictement comptable ne reflète cependant pas toute la réalité, puisque certains étudiants dont le handicap est invisible préfèrent ne pas le déclarer à leur établissement, de peur d’être étiquetés. Reste que l’accueil des jeunes en situation de handicap dans l’enseignement supérieur peut encore être amélioré.

« Il ne s’agit pas seulement de rendre les salles et les amphis accessibles, de prévoir des preneurs de notes ou des photocopies agrandies, remarque la responsable de la mission handicap à Toulouse. Il est important de réunir aussi les conditions pour la socialisation des étudiants handicapés au-delà des cours, leur donner l’occasion de faire du sport, de participer à la vie associative… »

A côté de la formation universitaire, ces activités sont en effet essentielles pour développer l’autonomie et permettre aux jeunes de se constituer un réseau utile à leur insertion sociale et professionnelle.

L'AVIS DE...
« On est encore loin des besoins des entreprises »


Christian GRAPIN, directeur de l’association Tremplin
A quel rythme le nombre d’étudiants handicapés progresse-t-il dans le supérieur?

Il augmente de façon régulière, mais c’est encore insuffisant! Entre 2011 et 2012, leur nombre a progressé de 11% mais reste bien inférieur aux besoins des entreprises désireuses de répondre à leur obligation d’emploi de travailleurs handicapés. Il faut dire que l’Education nationale ne s’est mobilisée sur le sujet que depuis la loi de 2005. Dans les collèges et les lycées, les effectifs d’élèves en situation de handicap ont, depuis cette date, presque doublé pour atteindre 89 000 personnes. Mais trop peu de bacheliers handicapés osent ensuite poursuivre de longues études supérieures.

Qu’est-ce qui freine la poursuite d’études des jeunes en situation de handicap ?
Beaucoup ont intériorisé leur handicap comme une diminution qui ne les autorise pas à envisager autre chose qu’une filière en lycée professionnel ou, au mieux, un cursus court en deux ans après le bac. L’idée des entreprises fondatrices de Tremplin, c’est de permettre aux jeunes de découvrir des secteurs d’activité, des métiers afin qu’ils testent leur projet d’orientation. Parmi les étudiants suivis par notre association, un cinquième de ceux aujourd’hui inscrits dans un cursus bac + 4 ou bac + 5 n’envisageaient pas après le bac atteindre ce niveau d’études. Les expériences qu’ils ont cumulées (stages, jobs, rencontres avec des professionnels) grâce à nos entreprises partenaires les ont encouragés à augmenter leurs ambitions.

Comment se passe l’insertion des jeunes diplômés handicapés ?
Quatre-vingt-cinq pour cent des jeunes en fin de cursus que nous accompagnons trouvent un poste en moins de six mois. Ce qui facilite leur insertion, c’est non seulement leur niveau de diplôme, aujourd’hui déterminant sur le marché de l’emploi, mais aussi les expériences en entreprise qu’ils ont pu acquérir et leur capacité à présenter leur projet. Plutôt que leur handicap et leurs limites, il est important que les jeunes diplômés apprennent à mettre en avant leur potentiel.


Consultez aussi :
> Handicap : lutter en amont contre l’autocensure
> Handicap : « Nous proposons un concours dès la classe de terminale »


Dossier réalisé par Laurence Merland Agence Accroche-Com’
Article paru dans le supplément éco SPECIAL HANDICAP du Parisien / Aujourd'hui en France daté du lundi 18 novembre 2013

Retour au dossier Universités
Universités : Handicap : tout pour favoriser l'accès aux études

Universités : consultez aussi...

Covid-19. Inquiets pour leur santé, des étudiants bloquent les partiels

Covid-19. Inquiets pour leur santé, des étudiants bloquent les partiels

Ils étaient des centaines lundi à l’université Paris-Est Créteil pour leurs épreuves de droit, finalement reportées. Dans le Val-d’Oise et dans l’Essonne, ils sont également nombreux à vouloir privilégier le distanciel

Covid-19 : vers un retour des étudiants en présentiel à 50% «à partir de la mi-mai», annonce Vidal

Covid-19 : vers un retour des étudiants en présentiel à 50% «à partir de la mi-mai», annonce Vidal

Dans une interview à 20 Minutes, la ministre de l’Enseignement supérieur a dévoilé les modalités d’organisation de la scolarité des étudiants en fin d’année, et notamment le déroulement des examens.

Covid-19. BTS, bac, brevet : les épreuves sont maintenues... les annonces à retenir du Ministre Blanquer

Covid-19. BTS, bac, brevet : les épreuves sont maintenues... les annonces à retenir du Ministre Blanquer

Tous les examens et concours prévus en mai et en juin sont maintenus en présentiel. Des autotests vont être proposés aux lycéens.

Examens maintenus ou controle continu : incompréhension et inquiétude chez les étudiants

Examens maintenus ou controle continu : incompréhension et inquiétude chez les étudiants

Si le gouvernement a annulé la tenue de partiels en présentiel pour le mois d’avril, il a autorisé plusieurs exceptions, notamment pour les étudiants en santé ou pour les épreuves de contrôle continu.

Covid-19. Les partiels à l'université auront lieu à distance du 5 avril au 2 mai

Covid-19. Les partiels à l'université auront lieu à distance du 5 avril au 2 mai

Durant le confinement les examens à l’université ne pourront se tenir en présentiel du 5 avril au 2 mai, sauf exceptions.

Covid-19. Fermeture des écoles et lycées, vacances modifiées... ce qui change à partir du 6 avril

Covid-19. Fermeture des écoles et lycées, vacances modifiées... ce qui change à partir du 6 avril

Les mesures en vigueur dans 19 départements n’ayant pas fait baisser la troisième vague de l’épidémie de Covid-19, le président de la République a annoncé ce mercredi de nouvelles dispositions.


Ecoles à la Une

Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse Aix-Marseille et Nantes
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...
Coding Factory by ESIEE-Tech
La Coding Factory by ESIEE-Tech : l’école qui bouscule le...
IN'TECH – Ecole supérieure d'ingénierie en informatique
Fondée en 2002, IN'TECH est une école supérieure d'Ingénierie en...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation



Dernières Offres publiées

Les dernières offres de stages et alternance (Île-de-France)

offre Alternance - Assistant Commercial H/F

- Assistant Commercial H/F

Alternance
Entreprise : AG2R LA MONDIALE (Levallois-Perret - 92)

Chargé de Communication H/F

Alternance
Entreprise : Une entreprise (Île-de-France)

Toutes les offres : stages, alternance, cdd, cdi...