Orientationécoles

Rentrée décalée : la seconde chance, l'importance des conseils de professionnels

Réorientation, inscription tardive... comment ne pas perdre une année et se réorienter en cours d'année !

Rentrée décalée : la seconde chance, l'importance des conseils de professionnels - rentree decalee, reorientation rentree decalee

Hésitations sur la voie à suivre, erreurs dans le choix de la filière, décrochage… l’orientation en enseignement supérieur n’est pas toujours synonyme de succès. Il existe heureusement de nombreuses possibilités pour débuter un cursus en milieu d’année et éviter de perdre son temps – et sa motivation.

Une tendance lourde, et pourtant peu connue du grand public : les rentrées décalées, ou secondes rentrées, offertes aujourd’hui par de nombreux établissements d’enseignement supérieur de toutes natures : universités et IUT, grandes écoles, écoles spécialisées, etc.
Les formules proposées sont nombreuses. Certaines universités nouent des partenariats avec des lycées proposant des BTS pour replacer des étudiants décrocheurs. De son côté, l’UPMC a lancé, avec le CFA INSTA (centre de formation d’apprentis spécialisés en informatique et en comptabilité), le dispositif Passerelle. À l’issue d’un semestre d’enseignements, trois options se présentent aux jeunes : effectuer un BTS en intégrant le CFA, ou poursuivre leurs études à l’UPMC en licence professionnelle en informatique ou en licence générale.

Changer de filière… ou pas


L’université de Cergy-Pontoise, pour sa part, a mis en place un processus en plusieurs phases pour répondre aux besoins des étudiants décrocheurs. « Le réseau d’acteurs de l’accompagnement en première année est chargé de les repérer, les écouter et apporter des éléments de réponse, expose Sabine Lepez, vice-présidente en charge de l’orientation. Nous procédons ensuite à l’analyse de leur profil, avant de leur proposer une solution. »
Plusieurs dispositifs existent, comme une licence professionnelle intégrée dans le secteur de la banque et des assurances, accessible notamment aux étudiants inscrits en droit ou en économie-gestion. « Cette licence, qui répond à un besoin de marché, sera proposée en janvier 2015, précise Sabine Lepez. Nous allons sans doute, à l’avenir, créer de nouvelles licences professionnelles intégrées, dans des domaines d’activité en tension et adaptées à des typologies de décrocheurs. »

L’université offre également la possibilité de se réorienter dans une autre filière, « là encore suite à l’analyse du projet de l’étudiant et de son profil ». Celui-ci dispose d’un ensemble de documents lui permettant de se remettre rapidement à niveau, avant de passer les examens du 1er semestre lors de la session de rattrapage de fin d’année. Plus innovant, un semestre “nouveau départ” propose deux parcours, l’un scientifique, l’autre davantage lié au monde de l’industrie, complétés par un stage obligatoire et un accompagnement individuel. Ce programme peut déboucher sur une réorientation en BTS, en DUT ou dans une école spécialisée.

Un parcours exigeant


Chaque année, l’offre de rentrées décalées se développe, et ceci dans tous les secteurs. De nombreuses écoles d’ingénieurs accessibles à la sortie du lycée en proposent, comme l’ECE Paris, qui a créé une prépa accélérée aux étudiants inscrits en L1 scientifique ou en maths sup. S’ils réussissent aux examens finaux, ils peuvent intégrer l’établissement en deuxième année. Plusieurs écoles spécialisées ouvrent également leurs classes aux candidats en milieu d’année, comme celles de MediaSchool Group, orientées sur la communication et le journalisme.
« De plus en plus de jeunes nous sollicitent pour s’inscrire en cours d’année. Il est de notre responsabilité sociale de répondre à leurs attentes », confirme Arnaud Le Blanc. Encore faut-il être prêt pour une aventure exigeante ! Bien souvent, les étudiants vont devoir réaliser en un semestre ce que les autres effectuent en un an. Une forte motivation est donc indispensable. En tout état de cause, leur réussite dépendra aussi de leur parcours en amont, entre le moment où ils envisagent une réorientation et celui de la seconde rentrée.

L’importance des conseils de professionnels


Béatrice Langlois, conseillère d’orientation-psychologue au CIO Médiacom, livre plusieurs recommandations : « Il est essentiel de prendre le temps de réfléchir, il ne s’agit pas de changer de filière sur un coup de tête. L’étudiant devra ensuite réfléchir à son projet, car bien souvent les candidatures impliquent une lettre de motivation. L’important est aussi de ne pas vivre cette situation comme un échec : on peut se tromper et rebondir différemment. » Béatrice Langlois conseille également de solliciter les personnes ressources, par exemple les étudiants tuteurs et les enseignants référents à l’université, ou le CPE dans le cas d’un BTS. « Des structures spécialisées sont à la disposition des jeunes, comme les CIO en dehors de l’université, ou encore les services communs universitaires d’information et d’orientation (SCUIO), complète-t-elle. Le fait d’échanger avec des professionnels permet de préciser son projet et d’envisager les meilleures options pour le concrétiser. » En ce qui concerne les jeunes qui seraient restés sur le carreau à la rentrée, sans inscription dans un établissement d’enseignement supérieur, le recours aux ressources du CIO est également conseillé. Ils ont également tout intérêt à s’informer de la marche à suivre auprès des établissements qu’ils comptent cibler. Ultime conseil de la conseillère d’orientation-psychologue : « Mettre à profit ce semestre d’inactivité académique pour rester en mouvement, par un petit job, un engagement associatif, mais aussi des rencontres de professionnels du secteur visé afin de mieux cerner les possibilités de débouchés et la réalité des métiers. »

Enseignement à distance... la solution ?


3 questions à... Patrice de Beaufond, directeur du développement de Forma-dis

Avec 20 000 inscriptions par an, le groupe Forma-dis est le leader de l’enseignement privé à distance. Patrice de Beaufond, Directeur du développement, revient sur ces formations en croissance grâce à Internet.

Pourquoi de plus en plus de personnes se lancent dans ces formations ?
Que ce soient des jeunes en formation initiale ou des salariés en reconversion, tous ont recours à cette formation car elle efface de nombreux inconvénients, comme les contraintes liées au déplacement ou à l’emploi du temps. Ce type de cursus s’adapte à chacun et permet une grande
souplesse dans l’apprentissage.

Tout peut se faire à distance aujourd’hui ?
Internet est un outil très utile pour la formation à distance. Chaque élève
dispose d’un suivi précis, peut poser des questions via Skype à des enseignants, suivre des cours en vidéo avec des tutoriels. Mais il est aussi nécessaire de varier les supports et d’apporter un peu de présentiel dans certains cursus.

"À distance" ne signifie pas un parcours plus facile ?
La formation à distance est aussi astreignante et requiert du travail personnel. Notre formation met en place un suivi de l’élève sur trois ans, afin que chacun avance à son rythme. Certains abandonnent, mais il ne faut pas oublier que ces formations se concrétisent régulièrement par un diplôme, et ceux qui arrivent au bout sont généralement très appréciés des employeurs.
Renseignements sur www.forma-dis.com

Propos recueillis par Nathan Gallo




Consultez aussi :

Rentrée décalée : mode d'emploi pour ne pas perdre un an pendant vos études
Une rentrée décalée, en cours d'année, les écoles et programmes concernés
Salons étudiants : tous les rendez-vous orientation à venir en France...
Journées Portes Ouvertes : poussez les portes de votre future école/université

Retour au dossier écoles
écoles : Rentrée décalée : la seconde chance, l'importance des conseils de professionnels

écoles : consultez aussi...

Couvre-feu, présentiel, examens... ce qui change le 19 mai pour les étudiants

Couvre-feu, présentiel, examens... ce qui change le 19 mai pour les étudiants

L’enseignement supérieur est censé reprendre en présentiel à mi-temps, mais les cours sont terminés dans une grande partie des établissements.

Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien : les meilleures business school

Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien : les meilleures business school

13e édition de notre Palmarès des Grandes Ecoles de Commerce. Post-prépa, post-bac... comment se positionnent les établissements les uns par rapport aux autres ? Une année exceptionnelle et atypique pour tous.

Engagement étudiant : des missions sur le terrain pour aider des entreprises

Engagement étudiant : des missions sur le terrain pour aider des entreprises

ISG, Solidaire - L’école parisienne s’est fortement engagée pour accompagner et soutenir les PME voire les TPE durant la période de crise sanitaire.

Classement des Ecoles de Commerce 2021 : croiser plusieurs critères pour choisir

Classement des Ecoles de Commerce 2021 : croiser plusieurs critères pour choisir

Différenciation. Chaque établissement a ses points forts. Notre approche thématique permet de situer votre future école en fonction de vos intérêts prioritaires.

Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien Etudiant - Le classement 2021

Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien Etudiant - Le classement 2021

Cru exceptionnel et année atypique - Palmarès 2021 des Grandes Ecoles de Commerce, Grade Master... notre dossier et classement.

Cours en ligne ou en présentiel ? Les écoles de commerce tirent les leçons de la crise

Cours en ligne ou en présentiel ? Les écoles de commerce tirent les leçons de la crise

Revenir sur cette année étrange, c’est analyser deux phénomènes bien différents. L’un technologique, l’autre humain.


Ecoles à la Une

Edhec Business School
Cinq campus basés à Lille, Nice, Londres, Paris et Singapour - Rejoignez...
L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...
Devenir Auditeur Indépendant
Portail d'informations. Savais-tu qu’un commissaire aux comptes s’appelait...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation



Dernières Offres publiées

Les dernières offres de stages et alternance (Île-de-France)